Découvrez
l'ordre
International
des Anysetiers

ACTUALITÉS

Icone

CALENDRIER DES ACTUALITÉS

Histoire des Anysetiers

Si tous les Anysetiers connaissent l’histoire ancienne des « Anysetiers du Roy » lors de notre cérémonial, peu connaissent sa mise en place et sa renaissance en 1955 (60 ans le 9 décembre 1955). Avec l’accord du président, j’ai parcouru le classeur 1 (1) des chroniques (seul document existant pour relater l’histoire de nos anciens). Je pense surtout aux nouveaux pour comprendre ce qu’on voulut mettre en place nos anciens, ceux qu’ils ont trouvé et recherché en créant cette association sur des valeurs simples «d’amitié, de courtoisie, de fraternité et de charité »


  1. Le « classeur « 1 » comprend les chroniques du n°2 au n° 39 (manque n°1, 31 et 32) Au début une revue annuelle puis à partir de 1963, la chronique, indispensable bulletin de liaison parait trois fois par an (janvier, mai et octobre).




« Tournons-nous vers le passé pour apprécier le chemin parcouru, arrêtons-nous pour situer notre position, regardons vers l’avenir pour nous fixer des buts proches ou lointains » (Louis Carlon SG en 1969) « la courtoisie », lors de la création des « Anysetiers du Roy », doit rester une idéale de conception dans les relations entre les êtres humains. Souhaitons qu’après l’adoubement au moderne pilon, la Courtoisie reste accolée au titre d’Anysetier(éditorial du Dr J.Peyrus GM du Lyonnais en parlant du code de la chevalerie – déc 1967)


Comment créer rapidement et développer cette association  et les commanderies: le GM des Commanderies de France et Outre-mer Pierre Andrieu signale en avril 1960 (moins de 5 ans après la création) que l’installation des Chapitres dans les Provinces de France est terminée (plus de 30 en place ils ont choisi cette division territorialed’avant la révolution qui répondaient mieux que les départements. Mais aussi pour rappeler le passé de notre très vieille corporation. Denos jours en2015 l’Etat vient de redessiner les régions, 60 ans après les Anysetiers étaient-ils …des précurseurs ? La rapidité avec laquelle les commanderies se sont développées porte irrécusablement témoignage de leur succès. Nous nous réjouissons du rayonnement des «Anysetiers du Roy » P. Andrieu, juin 1960). Les commanderies réalisaient 2 à 4 galas avec intronisations par an. (En 1959 La commanderie d’Ile de France organisa…7 intronisations et 75 personnes furent acceptées) Certaines ont gardé longtemps le nom de «la Grande nuit de l’Anis» avec de majestueuses soirées de gala de 200, 300… personnes qui se terminaient parfois à..l’aube.


Comment se faire connaitre :   Des défilés étaient organisés, en présence parfois d’autres Confréries (Rotisseurs, bacchiques…), avec l’association «International Ho.re.ca» (hôteliers, restaurateurs, cafetiers de divers pays). Le jour de la cérémonie était aussi variable, par exemple le dimanche matin en tenue et gonfanons à travers la ville (souvent médiévale), a contribué à cette reconnaissance. Des lieux prestigieux ont aussi assuré et développé le faste de ces cérémonies : Paris 1959 (George V) : châteaux, Abbayes, cités médiévales, ambassades, la Scala de Milan, le Sénat, la Conciergerie (Xéme Congrès Paris 600 pers)…mais aussi des villes prestigieuses et des voyages Montréal, Washington (1964), Berlin, Milan, Rome…


C’était de fastueuses et prestigieuses manifestations que les anciens réalisaient par les lieux choisis, la présence de personnalités de tous les milieux publics et privés mais aussi l’élégance que l’on y trouvé. Il fallait cela pour accroitre la renommée des «Anysetiers du Roy». 1963 Washington


Le camail s’appelait le « ruban collier », seul les membres du Chapitre et les hauts dignitaires portaient ce signe distinctif en forme de triangle (voir photo et un au siège de l’Ordre), C’est au Congrès de Paris (mai 1972) que fût décidé l’étude d’un nouveau camail


les premières Commanderies Ile de France, Haut Languedoc, Gascogne, Roussillon, Béarn, Pays Basque, Guyenne occitane, Limousin, Poitou et Anjou Puis Belgique et Bruxelles, Flandres (Lille) , Artois (Arras) , Picardie (Amiens) , Haute Normandie (Rouen) , Basse Normandie (Caen), Languedoc oriental (Montpellier), Provence/Comtat Venaissin (Marseille) Comté de Nice, Dauphiné (Grenoble) , Savoie (Chambery), Lyonnais et Auvergne (1956 une année fertile) En 1957 Suisse, Italie et, Espagne. Chacune développa des Baillages et donc entraina la création de nouvelles implantations. Le sérieux de cette «confrérie/association » est attesté par la solennité de la cérémonie (le Provençal lors création de la Provence en oct 1956).


Pierre Andrieu (Mars 1957, près de 2 ans après la création) « Beaucoup étaient sceptiques sur le développement et la création mais le chemin parcouru est une preuve de possibilité de réussite. Nous avons parlé, irradiant de nous, le sourire de bon vivant et la joie de profiter avec mesure et raisons de produits si agréables que la nature nous octroie ». «Nous sommes des amateurs d’anis sous toutes ses formes, car il ne faut pas oublier que cette petite graine d’anis à saveur bien reconnaissable dans la pâtisserie, confiserie cuisine et…pharmacopée font appel à ses propriétés diverses…Joignons les jeux de l’esprit à l’art d’une gourmandise de bon aloi » Qui étaient ces premiers Anysetiers : Tous les corps de métiers étaient représentés mais beaucoup de médecins, des professionnels de l’Hôtellerie et restauration, administration publique, commerçants, industriels, journalistes (pour les retombées médiatiques) sans oublier les élus et diplomates (maires, député, ambassadeurs, Consuls…)… ainsi que des militaires et des enseignants… Sans oublier des gens célèbrent du milieu artistique « les vedettes du Music-Hall à l’heure des rois…et de l’anis » (4/1/63). Quelques noms connus Roger Pierre, Sacha Distel, Zavatta, R. Souplex…


Fin mars 1963, l’Ordre comptait 2232 membres. Il fût décidé de modifier les structures des Commanderies avec apparition des fonctions de messager, prévôts adjoint, archivistes, tabellion. Lors de l’AG du Xéme Congrès à Paris mai 1972 : A la fin de l’année 1971, l’Ordre comprenait 5821 membres (4309 issus des provinces françaises et 1522 des régions extérieures).


Si La 1er femme anysetière fût la Comtesse Guy de Toulouse-Lautrec (ambassadrice mondiale de l’Ordre), par contre beaucoup de commanderies n’intronisaient point de Dames, certaines étaient tout à fait hostile et le «criaient » haut et fort. De nos jours, s’il y a encore quelques Chapitres réticents nous trouvons de plus en plus de nobles dames GM (si le vote des femmes dates de 1945, les Anysetiers du Roy furent créé 10 ans après en 1955). En 1962 le président écrivait : Il faut créer des sections féminines comme dans le Maine et Perche. La Suisse (Genève) étant contre l’intronisation de ces nobles dames ». La 1er Dame élue au G.C (Grand Conseil) Mme Suzanne Perlès docteur, chef de travaux à la faculté de Paris(sept 1966 Congrès de Rome)


Le 1er Président mondial appelé « GM des Commanderies de France et d’Outre-mer » Pierre Andrieu (jusqu’en 1963) était Ecrivain journaliste très connu, rédacteur en chef de revues touristiques, homme de lettres, il publia « Histoire des restaurants de France », « Vins de France et d’ailleurs »…Moitié des livres traduits en plusieurs langues parlent de la gastronomie et du tourisme – Collaborateur du «Larousse gastronomique », Président fondateur de l’union internationale gastronomique et vinicole des Journalistes et écrivains » -En 1962, publie un livre sur « Petite étude sur l’Anis »


Le 1er Congrès international 22 au 25 juin 1962 à Bendor (23 Commanderies étaient présentes) : «Tous les Anysetiers sont animés de la même foi, de la même vigueur, de la même fierté, divergents sans doute sur des questions de détail mais d’accord sur les grandes directives. Cette cohésion, cette fraternité même, entre gens qui, la veille ne se connaissaient pas, et qui semblaient trouver des amis de longue date parce qu’ils avaient épinglés à leur boutonnière la même fleur d’anis et portaient dans leur cœur le même idéal… Il est doux de voir fleurir, aux côtés de la fleur d’anis, la fleur de l’amitié Pierre Andrieu. Il écrivait aussi « l’Ordre doit s’efforcer de vivre par ses propres moyens en faisant moins appel aux mécènes» (nous sommes en…1962). «Un Congrès permet aux autres délégations étrangères et éloignées de se…connaître.


2éme Congrès – Dijon 1963


L’amitié entre les hommes ne se réalise pas par les seuls proclamations (discours) mais trouvera de véritables racines, profondément établies dans les hommes ainsi préparés. Pour favoriser il faut développer intensément les occasions de se rencontrer. Une voie a été ouverte avec le congrès mondial annuel des GM, puis l’organisation de voyages touristiques ouverts à tous les Maistres et leurs amis. L’organisation (l’Ordre) doit se mettre au service d’un large échange international, échanges d’idées mais aussi échanges de connaissances, d’expériences, de cultures, de méthode de travail, échanges d’hommes, d’étudiants et même de nos enfants au sein des familles anysetières. Je laisse cette graine d’anys comme il se doit, germer dans l’esprit de notre Ordre et dans celui de ses hauts dignitaires et donc de ses animateurs - 1967 Grand Chancelier R.Vuarambon (Pro. Suisses)


«Les voyages, les congrés, les intronisations laissent d’inoubliables souvenirs. Cet Ordre qu’est-il ? Par ses adhérents, la qualité de ses manifestations, il est beaucoup plus qu’une confrérie, à mi-chemin avec les ces grands clubs internationaux…, qui n’ont pas et qui ignorent notre cérémonial, il a acquis une personnalité originale mais appréciée; (cérémonie aux fastes incomparable par les lieux, capitales, monuments et d’éminents invités : parfois réception diplomatique). (Mai 1968Doc Maurice Leroux nouveau Président du GC) -


«  Un Congrès doit reflétait la réalité, l’amitié, la convivialité, la fraternité sans oublier l’importance du prestige de l’Ordre. C’est le but prescrit par nos anciens avec son rôle social mais aussi son rayonnement international » André BERES (GM Gascogne) Mai 69 au Congrès de Dinard


C’est à Paris (mai 1972) que la date de l’Ascencion fût choisie pour les futurs Congrès et au Congrès de Dinard en mai 69, il fût décidé que celui-ci n’était plus réservé qu’aux GM mais à tous les membres.


La chronique(seule revue de ces premières années)la 1er page jusqu’en 1963 puis en 1968, l’Ordre international la chronique «Ordre des Anysetiers du Roy» est un lien vivant entre les disciples de St Serge, dispersés de par le monde. Par elle, revivront les activités de chaque Commanderie… » « Ainsi va l’Anysetier du XXéme siècle avec à sa boutonnière la fleur d’Anys stylisée. L’Anysetier doit s’épanouir dans son cadre naturel mais la diversité, le pittoresque des commanderies et des baillages permettent de développer l’amitié et l’enrichissement des connaissances (éditorial du Dr J.Peyrus – déc 1967). Elle sera éditée une fois par trimestre (Congrès D’Angouléme sept 1967), en 1966 ceux sont 236 pages qui furent éditées pour relater les évènements avec des photographies (tout en noir et blanc) soit 58 pages par édition y compris le supplément congrès. Les Comptes rendus du bureau apparaissent à partir de novembre 1967 (N°25) mais aussi de nombreuses recettes à base d’anis que l’on pourraient peut-être republier.


L’Annuaire En 1969 au Congrès de Dinard : L’annuaire sera édité en plusieurs fascicules car c’est un travail considérable. Le 1er imprimé fût réalisé en 1963 par la Provence et le Comté de Nice. En 1970, 5 fascicules auront été imprimés pour les Provinces françaises (2500 noms sur 4000) plus celui des Provinces italiennes (800 noms)


Pour quoi la suppression des « Anysetiers du Roy » Certaines Commanderies extérieures situées dans des royaumes avaient des difficultés avec l’appellation des « Anysetiers du Roy », le Bureau décida en novembre 1967 de devenir « l’Ordre international des Anysetiers »


 


Evolution de l’Ordre et modifications apportées aux Commanderies et aux membres : Fin mars 1963, l’Ordre comptait 2232 membres. Modification des structures des Commanderies avec apparition des fonctions de messager, prévôts adjoint, archivistes, tabellion – Congrès de Montreux (Suisse) 22 au 25 oct 1964 - 16 commanderies – 4 pays - Marcel Ollier est Président G.C.O Au 1/10/1963 : 2655 membres. Décide de limiter à trois ans la durée d’un mandat de GM mais il peut se représenter. Mise en place d’un R.I et relance financière aux mécènes – Le prochain Congrès en 1965 sera ouvert à tous les sénéchaux et connétables, prévôts, ils pourront être invités à titre d’observateurs (avant seul les GM assistaient) De nouvelles robes en nylon et de nouvelles coiffes font leurs apparitions.


L’ancien camail et le nouveau de nos jours


10 ANS fin 1965, l’Ordre compte 3000 Anysetiers avec 40 Commanderies et 8 baillages, 15 implantations extérieures : Italie, Espagne, Portugal, Suisse, Belgique, Grèce, Andorre, San Salvador et Congo. Le GM de l’Ordre est Deltheil-Cluzeau et le GM mondial, le Professeur Leroux. On pense à créer une marche Anysetière pour les défilés – Les tables rondes lors des Congrès des GM sont appréciés, le tourisme est de plus en plus plébiscité lors de ces Congrès surtout éloignés (Hambourg en 1964) –


juillet 1966 : Nous ne voulons pas être une confrérie de francs buveurs mais des ambassadeurs de l’Anis sous toutes ses formes, perpétuons en « fin gourmet frugalement » le « bien manger » et le « savoir boire ». Pratiquons la courtoisie envers les nobles Dames, la fraternité envers nos pairs et la charité envers tout le monde. Nous formons une grande fraternelle et agissante chaine d’amitié, sachons la fortifier et l’étendre au monde entier (en France et dans les autres régions extérieures).Professeur Leroux VP du G.CCongrès Rome sept 1966 : l’Ordre a 3462 membres, Il est soulevé le problème de rentrée de cotisations – La cérémonie se fait au son d’Aïdda (16/9/1966). L’Orléanais comprend 27 Dames et a un club féminin (1966). Dans certaines Commanderies, les épouses sont invitées une fois par trimestre, le reste «entre hommes». Si pas de cotisation versée, l’exclusion peut être prononcée – Budget : établir bilan prévisionnel et ne pas le dépasser (limiter les invitations gratuites) – chronique plus régulière (une par trimestre, calendrier des manifestations à fournir pour insertion)- Développer les jumelages


29/9 au 1/10/67 VI° Congrès des GM à Angouléme : en 1968 (4018 membres) dont 2972 en France, dons importants pour les œuvres – Chronique 1 fois par trimestre (236 pages soit 58 pages par édition y compris supplément congrès) AG : 60 pers – 20 Commanderies - cotisation de 30 à 50F à partir de 1968- Les Confréries bachiques peuvent défiler avec les Anysetiers. «Grâce aux soutiens des firmes d’anis, l’Ordre atteint une renommée internationale et une vitalité, il est préconisé des développements en Europe »


L’Ordre international des Anysetiers (OIA) est celui de l’Anis et non celui des marques d’anis. Le Président doit être le conseiller, l’arbitre, la conscience, le témoin et le porte-parole… Tout pouvoir, toute décision appartient au Grand Conseil (Mai 1968Doc Maurice Leroux nouveau Président du GC) –


Congrès Dinard entre 1/8/67 et 31/12/68, 50 cérémonies se sont déroulées dans 37 Commanderies et baillages - Fin 1968 : l’ordre comprenait 4000 membres en 65 implantations


Rapport moral AG 1970 Milan : 3 séances d’une ½ journée, En 1969, 47 intronisations pour 600 impétrants et 4829 membres – Nouveau cérémonial (présentation des personnes qui prennent la parole) - Réduction de la largeur du camail – PUB : le GC est chargé de trouver des sponsors pour les Annuaires et la chronique


Compte-rendu du bureau 7/1/70 : Cotisation reste à 50F, droits chancellerie de 30 à…60F (1/1/70) En février le bureau étudiera la collaboration avec d’autres marques anisées. Une Cravate anysetière avec «fleur d’anis » est proposé au prix de 20F ;


Congrès Berlin mai 71 – Décide de créé un bulletin d’info pour informer plus rapidement les membres du G.C – Lors des Chapitres, un membre du GC doit y assister car lacérémonie est soumise à l’accord du GC, elle doit être aussi plus solennel. Aucune intronisation en dehors d’une cérémonie officielle, aucune procuration ou délégation,


Xéme Congrès mondial Paris 10/14/5 1972 intronisation dans la salle gothique des Gens d’Armes à la Conciergerie (600 pers dont 360 au congrès) - AG sur2 ½ journée, à la fin 1971, l’Ordre comptait 5821 membres (4309 Fra, 1522 ext). Projet de nouveau camail à l’étude, certaines Commanderies veulent acheter leurs robes (étude pour réduction coût), les annuaires ne sont pas très pratiques car pas tenus à jour. Choix de la date des futurs Congrès à l’Ascencion -l’Ordre veut mettre en pratique les principes de générosité et d’entraide qu’elle entend maintenir –


Compte-rendu du GC du 13/4/72 Limiter le nombre d’intronisés pour éviter que la cérémonie soit trop… longue et monotone


A suivre…si le temps le permet


 


En conclusion Quelques phrases de nos anciens qui cherchaient à développer notre «association» mais qui sont, en toute modestie d’actualité. : « Si les Anysetiers boivent de l’Anis avec mesure et sagesse, ce qui est leur droit et tout à fait normal, ils n’ont pas été créés spécialement pour cela, leurs buts sont plus vastes et plus hauts, chacun doit apporter ses idées pour réaliser des manifestations originales, ce qui ne veut pas dire…couteuses ». (Avril 1960, il y a…55 ans)


Mais aussi « Quelques idées et de la bonne volonté suffiront à assurer à Chaque commanderie une existence propre à donner à ses membres le moyen de se mieux connaître et à agrandir le cercle des leurs relations tout en les distrayant » : excursions visite de site, concours de pêche, de boules, rallye surprise, visites d’entreprises, soirées artistiques, conférences… »


Etre Anysetierc’est Etre bon vivant, apprécier la joie de vivre, le rayon de soleil, la chanson qui passe, le vers du poète et le sourire d’une jolie femme. Etre optimiste même quand le vent est à l’orage, philosophe sans le savoir mais philosophe heureux. Le mot Anysetier est un sésame car nous sommes une grande famille, c’est un moyen de reconnaissance, un mot de passe. Un touriste Anysetier ne doit pas se sentir isolé dans une ville ou une région ayant la chance de posséder une commanderie. Cela commence par le geste de trinquer à l’amitié réciproque et souvent cette amitié se fortifie et dure des années. Anysetier c’est une fierté, un panachePierre Andrieu Mai 1961


Juin 1967– Louis Deltheil-Cluzeau GM mondail : « Voilà le secret du succès ; foin de redresseurs de torts, de donneurs de conseils, de pontifiants, place aux disciples de St Serge qui ne peuvent être qu’aimable et courtois. Les vertus de l’anis sont bien connues pour aider au savoir-vivre, favoriser l’élévation de la pensée, prédisposer à l’indulgence, et appuyer le combat contre l’adversité »


«La fleur d’anys est une étoile dont l’éclat est éternel» Marcel Salem (Messager mondial en sept 1967) et un historique sur St Louis et les croisades : « Nos anciens entreprirent de ressusciter «la légende anysetière», adoptant le langage, la ténacité, les coutumes. Ce n’était pas une mince affaire, ils avaient une immense volonté et un idéal : Secourir, fraterniser, créer des relations amicales, faire connaitre les bienfaits de l’anis, de leur savoir et de leur intelligence. C’était le bit des Anysetiers du XIII°S, c’est le même but de nos jours ». Tous ceux qui ont prêtés serment, le jour de leur intronisation, ont la même conception idéale des buts et des desseins de la Confrérie et ceux qui sont venus par sympathie et peut être sans grande conviction, ont bénéficié très vite du dynamisme, de l’influence magnétique qui se dégagent de l’esprit anysetier. Cet esprit se révèle indispensable pour ceux qui veulent faire de grandes choses.


« Dans ce monde bouleversé, qui bouleverse toutes les valeurs humaines et morales, comment ne pas réaliser plus que jamais en nous et autour de nous, les préceptes anciens de notre ordre : courtoisie, fraternité et charité » Robert Jules Laurent (GM Dauphiné au Congrès de Milan Mai 1970)


A l’occasion des 60 ans de l’Ordre, je citerai encore ce doux poême de …1959 : « L’anis date du règne d’«Anis-mal», il fut très apprécié par les grands hommes «Anis-bal» et se consommait même en «océ anis» donc bon «anis-versaire».


Serge Sappino






liste des commanderies | accès privé| contact| mentions légales| réalisation Value Com